L’Afrique, de nouveau accessible !

Vous êtes majeurs et vaccinés contre le Covid ? L’Afrique vous sera accessible à partir du 9 juin si vous partez de France à quelques exceptions notoires prés. Car si la France et les autres pays européens ont présenté leur liste des pays ouverts (vert) et ceux qui obligent les voyageurs à se vacciner avant de partir (orange). Il reste quelques entraves au voyage en Afrique: il faut tout d’abord que le pays accepte les voyageurs étrangers, ce qui n’est pas toujours le cas (comme Madagascar) ou que le pays ne soit pas dans la liste rouge (comme l’Afrique du Sud). Voici un tour d’horizon rapide des destinations ouvertes sous condition et sur les mouvements probables de cette liste dans les semaines à venir:

  • L’Afrique de l’Est

Dans cette région, seul le Rwanda a le privilège d’être “vert” et cela depuis longtemps déjà. Le suivi de l’épidémie, les mesures prises et la fiabilité du système de santé ont depuis de longs mois entraîné le Rwanda dans la short list des pays dits verts. Cela signifie potentiellement que l’on doit suivre les consignes locales (consultables sur le site du Quai d’Orsay) sans avoir besoin d’être vacciné ou de montrer une raison impérieuse de voyager.

Le Kenya et la Tanzanie comme l’Ouganda sont dans la liste Orange. Cela signifie que pour voyager sans avoir à démontrer une raison impérieuse, il faut que les majeurs soient vaccinés. Ces trois pays ont géré à leur façon l’épidémie. Le Kenya eut une politique dure depuis le début mais continue de maîtriser l’épidémie avec un bilan finalement très faible. Les safaris dans ce pays sont donc de nouveau possibles et les familles pourront y aller également avec des enfants de moins de 18 ans… si les parents sont vaccinés.

La Tanzanie, elle, après avoir nié l’existence même de l’épidémie dans le pays est revenue depuis quelques semaines grâce à sa présidente sur cette négation. De nombreuses mesures et des moyens ont été mis en place afin de rassurer les voyageurs. Tests PCR and antigéniques, même en brousse, contrôle de la fiabilité des attestations, formulaires divers à l’entrée. Tout cela a permis de rassurer les autorités locales et internationales, et cela même si l’on ignore encore ce qu’il en est réellement de l’épidémie dans le pays.

Le fait est que les voyageurs qui partent dans ces pays vont principalement dans des zones non ou peu peuplées dans des conditions de voyage synonyme de distanciation sociale. Les faibles échanges internationaux ne font pas craindre pour l’instant de grave impact des différents variants.

  • L’Afrique Australe

Si le Botswana, le Zimbabwe et la Namibie font leur entrée dans la liste des pays dits “orange”, avec des conditions d’entrée assez simples, l’Afrique du Sud reste sur le bord de la route. Seul pays “rouge” du continent, l’Afrique du Sud paye le prix du variant qui porte son nom. Aujourd’hui rebaptisé “variant Béta”, l’Afrique du Sud, pays officiellement le plus touché par le Covid reste inaccessible à moins de disposer d’un motif impérieux. Les européens ont sur ce point une position variable. Si la France et l’Allemagne gardent leurs frontières fermées, les Pays Bas permettent de s’y rendre si l’on est vacciné. Le fait est que l’impératif du motif impérieux combiné à une quarantaine “dure” de 10 jours au retour suffisent à tuer tout redémarrage du tourisme dans le pays.

Assez bizarrement, les sud africains pourtant si organisés d’ordinaire, semblent plutôt impuissants face à ces décisions. Il semblent que les offices du tourisme aient mandaté une société de relation publiques pour les défendre alors qu’ils devraient plus intervenir en Afrique du Sud pour faire la promotion du vaccin. Seul le vaccin semble suffire aux autorités européennes pour entrouvrir leurs frontières. Et pourtant, seul un peu plus d’un million de sud africains sont vaccinés. Alors même qu’une troisième vague menace le pays.

  • L’Afrique de l’Ouest

Le vaccin suffira à ouvrir les portes de l’Afrique de l’Ouest qui sont déjà ouvertes. Le Covid y a très peu sévit officiellement, expliquant en grande partie le faible taux de vaccination mais surtout la faible conviction de l’importance d’une vaccination de masse.

Ici comme ailleurs sur le continent, les discours complotistes ont eu une portée sans précédent. Le prix à payer est une croissance économique parmi les plus faibles du monde en 2021. Et rajoutons à cela le manque de dose qui tardent à arriver sur le continent malgré la générosité annoncée du programme Covax. Il faut dire que sur le continent, le Covid a fait très peu de victimes déclarés. Certains y voient la faiblesse des systèmes de veille sanitaire. La réalité est que des maladies telles que le paludisme, le Sida ou d’autres encore sont très meurtrières encore aujourd’hui. Et les comorbidités liées au Covid (obésité, diabète ou un âge élevé) sont plus rare ici que dans le reste du monde. Mais l’exemple indien qui se croyait protégé devrait faire réfléchir toutefois. Le fait que plus de 2 milliards d’humains soient déjà vaccinés aussi.

Mais comment convaincre les gens de se vacciner contre une maladie qui n’existe quasiment pas? Cela est quasiment impossible. Madagascar a choisi de vacciner prioritairement les professionnels du tourisme et de la santé. Cela peut être une stratégie.

L’autre scenario possible pourrait être que le reste du monde se vaccine et que finalement la fin de l’épidémie arrive grâce aux autres et en préservant l’Afrique de se vacciner. L’évolution de l’épidémie depuis un an et demi devrait dissuader de faire un tel pari. Toutefois, certains gouvernements font ce pari au risque d’entraîner leur pays et leur peuple dans une récession terrible. Les pays cités plus haut et qui dépendent du tourisme à plus de 10% de leur PIB n’ont pas eu les moyens d’aider les entreprises et les gens touchés. En plus de rester dans un flou sur la vaccination, dans quel état seront ils quand, enfin, nous en aurons tous fini ?

 

 

Commentaire (1)

  • An intriguing discussion is definitely worth comment. I do think that you should publish more on this subject, it may not be a taboo subject but usually people do not talk about such subjects. To the next! All the best!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Start typing and press Enter to search