Qu’est-ce que l’Ubuntu ? Une forme de sagesse africaine à dimension universelle

Qu’est-ce que l’Ubuntu ? Une forme de sagesse africaine à dimension universelle

« je suis, parce que tu es », voici rapidement comment on pourrait résumer simplement cette notion peu répandue et qui pourtant, peu à peu se diffuse dans le monde. Ubuntu provient d’Afrique sub saharienne qui combine les principes d’humanité ou d’humanisme et de fraternité. L’ubuntu est entrée dans la lumière grâce à Nelson Mandela car cette notion a inspiré sa politique de reconciliation nationale et aussi de pardon post apartheid (truth and reconliation).

Ce mot, qui n’a malheureusement pas d’équivalent en français. Pour la vulgariser à outrance, on peut s’adresser aux fans du film Avatar qui outre son histoire aborde ce point quand les arbres et les animaux sont liés aux hommes (en l’occurrence à cette espèce). En gros, tout ce qui vit ou existe sur terre est interdépendant. Cela signifie que si j’existe, c’est parce que tu existes. Si j’écris, c’est parce que tu me lis. Si je propose ce que je propose, si ce site existe et vit, c’est parce qu’il est visité, lu et même choisi. Mais outre l’interdépendance humaine, elle s’étend à tout ce qui existe; arrivent ainsi les notions d’écologie, de préservation de la nature et des espèces, de sauvegarde de notre planète. C’est une invitation à l’humilité et à la responsabilité.

Dans son discours adressé en l’hommage de Mandela, Barack Obama disait : « Mon humanité est inextricablement liée à ce qu’est la vôtre ». Selon l’archevêque Desmond Tutu, prix Nobel de la paix et auteur d’une théologie Ubuntu de la réconciliation (et président de la commission Truth and reconciliation) : « Quelqu’un d’Ubuntu est ouvert et disponible pour les autres » car il a conscience « d’appartenir à quelque chose de plus grand ». Il n’arrivera à rien seul et ses actes auront des conséquences sur les autres, d’où l’invitation à bien agir.

Ubuntu a ceci de très africain qu ton étymologie se partage entre le mot Zoulou Ubuntu qui pourrait se rapprocher d' »Humanité » bien que son sens soit plus vaste. En Swahili, on pourrait le rapprocher du mot « buni » qui signifie inventer, mettre ensemble. Ainsi, Ubuntu serait la combinaison des deux. Le terme Ubuntu est un concept présent dans de nombreuses langues africaine, « Bomoto » en lingala, « Kimuntu » en kikongo, et dans bien d’autres langues.

Concrètement que cela signifie t’il dans le développement et l’avènement de nouvelles marques qui accompagnent le développement du continent. Pour faire suite (et face) aux anciens modèles basés sur la corruption et les aides diverses, de nombreux entrepreneurs et chefs d’état africains, s’appuient sur cette pensée, ce concept pour envisager un autre développement. Si à Mon Ambassade nous attachons beaucoup d’importance à la relation humaine que nous établissons avec nos partenaires africains, cette relation s’appuie sur ce principe. La première personne à m’en avoir fait prendre conscience est Swaady Martin, fondatrice d’Yswara avec ses thés bio, issus de fermes biologiques et de très grande qualité. Elle a érigé ce principe plutôt universel en principe de vie.

Ce qui est vraiment intéressant, c’est que l’Ubuntu est une notion intérieure. Par besoin d’en écrire des tonnes; dès lors que l’on connaît ce concept, il chemine en nous, nous en déterminons sa définition et sa vérité aussi… Il pourrait permettre de trouver un autre moyen de développement éloigné des modèles précédents; je me développe car je fais le bien. Et ce qui compte, c’est évidemment sa propre survie et son développement personnel, mais il ne peut se réaliser sans celui des autres. Une interdépendance assumée qui nous permet aujourd’hui de parler de deux grands hommes, l’un disparu, Nelson Mandela et l’autre qui défie encore le temps, l’archevêque Desmond Tutu, à qui nous laisserons la conclusion de cet article.

« Quelqu’un Ubuntu est ouvert et disponible pour les autres, dévoué aux autres, ne se sent pas menacé parce que les autres sont capables et bons car il possède sa propre estime de soi — qui vient de la connaissance qu’il a d’appartenir à quelque chose de plus grand — et qu’il est diminué quand les autres sont diminués ou humiliés, quand les autres sont torturés ou opprimés. » — Desmond Tutu

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *