Les mille et un visages du voyageur en Afrique

Les mille et un visages du voyageur en Afrique

En voilà une question compliquée, voire impossible à aborder, d’abord et surtout parce que le lecteur qui est lui-même voyageur en Afrique se dit unique et forcément différent. Il aura raison, cette question est absurde car l’Afrique s’offre à tous les voyageurs et même à des profils toujours plus différents et riches. Alors, je vais essayer d’avoir un spectre le plus large possible en espérant que le voyageur en Afrique s’y retrouve mais aussi et surtout que le futur voyageur en Afrique s’y reconnaisse ; il est entendu que nous parlons ici exclusivement de l’Afrique sub-saharienne. Ne vous y trompez pas, chacun de ces portraits n’existe pas… le voyageur est l’assemblage unique de plusieurs d’entre eux.

Le voyageur flippé :

celui-ci ne vient pas souvent en Afrique, il arborera d’ailleurs sa seule incursion sur le continent comme un diplôme de témérité. Il choisira un pays simple voire même une région simple : celle du Cap en Afrique du Sud ou les îles isolées … s’il s’aventure dans des zones trop peuplées, alors il prendra le risque s’il s’agit de voir des animaux sauvages en liberté. Au moindre sursaut sur le continent, une maladie qui renaît, même si elle renaît à 5000km de sa destination, un soubresaut politique ou tout autre événement suffiront à le décourager immédiatement… Ce sont ceux-là qui ont annulé leur voyage en Namibie quand des touristes français se sont faits enlever au Bénin… Il a une vision uniforme, simple de l’Afrique… une jolie forme au Sud du monde, origine du monde mais aussi de tous ses maux, territoires dangereux et imprévisibles, terres de tous les dangers… Ce voyageur-là viendra en Afrique, il vient déjà, mais il repart vite à moins que l’Amour ne le touche… et beaucoup se laissent ainsi contaminer.

Le voyageur routard :

celui-ci n’envisage pas une seule seconde de faire confiance à qui que ce soit pour organiser son voyage… il écrira sa propre histoire et apprendra sur le tas… ou pas. J’ai toujours été surpris par le fait que les routards ou aventuriers étaient souvent les voyageurs les plus sectaires et méprisants des autres formes de voyage… et souvent, ils se méprisent entre eux également, c’est assez drôle. Si ce voyageur ira sans doute n’importe où, il prendra parfois des risques inconsidérés, au risque de détruire tout espoir de développement touristique et économique à un pays ou une région… Il vivre de belles aventures, aura quelques mésaventures sans doute dont il se relèvera, il s’enrichira sans aucun doute de ses rencontres et de ses échecs… Vous remarquerez que les grands globes trotteurs qui s’offrent un tour du monde, préfèrent regarder d’Est en Ouest que de regarder vers le Sud…

Le voyageur argenté :

lui, on l’aime bien… il a beaucoup d’argent et va séjourner dans des endroits de folie. Il n’en a cure de sa consommation de CO², il prendra des vols privés, des hélicos, une piscine à débordement dans des zones désertiques… Il va kiffer, la nature un peu moins. La solitude, voici son ambition ou plus exactement l’exclusivité… Il ne le sait et s’en fiche un peu, mais il fait vivre beaucoup de gens, les investisseurs occidentaux qui investissent mais aussi les communautés locales qui récoltent quelques miettes non négligeables… Ce voyageur scrute les magazines de déco, guette la nouveauté design, rêve d’instagramer l’endroit in du moment (comme Bisate au Rwanda ou Shipwreck en Namibie)… Ce voyageur est inconnu, il est discret, la plupart des gens ignorent même jusqu’à son existence…

Le voyageur éclairé :

il parcoure le monde pour enrichir sa vie… il partira en Afrique pour y rencontrer des gens. Nul envie d’immersion factice pour ce voyageur ouvert et tolérant… Il boira les paroles des gens qui croiseront sa route, prendra la vérité du pays et la traduira en énergie positive ; conscient que le monde n’est pas binaire, il choisira l’espoir au désespoir… Il arpentera les marchés avec le sourire et marchandera raisonnablement, il ira voir les petits créateurs de mode ou les artistes même ceux qui le sont sans le proclamer, il contemplera, consommera, aimera…. Ce voyageur est celui que l’on rêve d’être et que l’on est parfois… celui qui accueille l’autre plutôt que d’être accueilli… le voyageur parfait, certains diront imaginaire… je pense qu’il existe mais a-t-il les moyens de ses ambitions ? ne se retrouver a-t-il pas piégé par le prix du « routard » ou dans un autre extrême celui de « l’argenté ».

Le voyageur balnéaire :

il est souvent déçu si son but unique est de se baigner… amateur de « soleil, cocktail et noix de coco »… passez votre chemin, optez pour l’Océan Indien ou les Caraïbes… Mais si toutefois vous voulez absolument un zest d’Afrique dans votre séjour balnéaire, alors, je pourrais vous conseiller la Casamance au Sénégal, le Mozambique et particulièrement l’archipel de Bazaruto, Zanzibar, bien sûr, même si vous ne vous baignerez que peu en réalité, tout comme sur la côte Kenyane… la côte de la route des jardins en Afrique du Sud, pour les non frileux… Djibouti ou Mafia Island pour les amateurs de plongée et non de balnéaire pur… Sao Tomé pour les faux précurseurs ou bien sûr Madagascar (de Nosy Bé à Sainte Marie, sans oublier la sublime baie de Diego ou Antsiranana). Il en existe des solutions mais aucune réellement qui satisfasse le pur baigneur… il sera soit déçu par la facilité de se baigner ou la faiblesse des installations… La baignade en Afrique n’est selon moi qu’une extension d’un voyage plus large, plus riche… n’y aller que pour cela, cela ne sert pas vraiment à grand-chose…

Le voyageur culturel :

il snobe les plages ou les tolère en fin de voyage, il veut se nourrir de culture et d’Histoire… Si le Mali (en son temps) ou l’Ethiopie offrent une énorme richesse de ce point de vue et son incomparables, tous les pays ont de quoi enrichir intérieurement ce voyageur… ici, on parle assez rarement de monument mais de lieux… de Gorée à Lagos, du Cap à Lamu (plage aussi), de Saint Louis à Johannesburg, de Tana à Harrar, l’histoire correspond à des lieux ou des régions… On s’imprègne et l’on rencontre… la culture est un géant qui a d’innombrables visages ; celui de l’art (et là encore combien de visages) qui vous mènera au Cap, à Johannesburg, à Lagos ou Saint Louis. Celui de l’histoire qui vous mènera à Saint Louis du Sénégal, Gorée, Stone Town, Great Zimbabwe ou Mahajanga. Celui des lieux mythiques au nom qui résonne sans que l’on sache toujours pourquoi mais qui vous attirent comme des aimants : Zanzibar (encore), Tombouctou (malheureusement pas encore accessible), Lamu, Victoria Falls, le Lac Victoria (faussement attirant, souvent décevant), le Mont Kilimandjaro (pas toujours visible sauf pour celui qui tente son ascension) et bien sûr les hauts lieux du safari qui ont semé leur nom dans nombre d’œuvres littéraires (Masaï Mara, Serengeti, Tsavo, Ngorongoro, Parc des Volcans)… celui qui veut « rencontrer des africains » ; depuis la France, celui-ci choisira plus souvent l’un des pays d’Afrique Francophone… il s’inventera souvent un « départ en terre inconnue », s’immergera le temps de se fabriquer des souvenirs, au pire il reviendra avec des tresses et un boubou qu’il mettra jusqu’à son retour et qui ira rejoindre ses tee shirts Hard Rock café New York au rang des souvenirs immettables. Plus gentiment, il s’immergera et choisira de chercher la vérité du pays ou de la région qu’il visite. Une fois encore, ce voyageur francophone choisira des pays qui parlent sa langue… et il aura raison tant les pays non francophones ne sont pas toujours parfaitement anglophones… Mais il devra sans doute laisser les choses venir, se laisser flâner et emmener par les rencontres qu’il fera… une vraie aventure humaine. Cela est possible.

Le voyageur mémoire :

c’est l’afro descendant quelle que soit sa nationalité. Aujourd’hui il est plutôt américain et envisagera le Ghana, le Bénin ou le Sénégal… certains opteront pour l’Ethiopie croyant comme les rasta que c’est l’origine de ses aïeux (ce qui se discute si l’on remonte aux premiers hommes)… les plus fortunés iront en Afrique Australe… Ils iront sur les traces de leurs ancêtres, seront émus aux larmes devant la violence inouïe de l’esclavage et ce qu’il en reste… Ils découvriront aussi une terre où être noir est normal, ils passeront inaperçus, ils profiteront pleinement et deviendront aussi des voyageurs éclairés… Ce voyageur-là est une cible pour nombre de pays d’Afrique de l’Ouest… Ce voyageur est positif mais avec quoi reviendra-t-il de ce voyage ? Cela transformera t’il sa vie ?

Le voyageur faune sauvage :

on peut tourner la question dans tous les sens, ce voyageur est le plus fréquent, le plus riche, celui qui voyage le plus et c’est paradoxalement celui qui se dira le plus « fan d’Afrique ». Il ne recherche pas ce que les autres voyageurs recherchent ; il veut sentir l’odeur de la brousse, le frisson de la rencontre animalière imprévue, l’isolement. Il commencera par une réserve sans prétention puis il montera en gamme (si ses finances le lui permettent). Il commencera par l’Afrique du Sud ou la Tanzanie, ou le Kenya. Puis il ira au Botswana ou en Zambie… Il s’égarera en Namibie puis terminera par le graal, les gorilles des montagnes en Ouganda ou au Rwanda… c’est un amoureux de l’Afrique de Karen Blixen, il n’est pas méchant, c’est un esthète et un épicurien… Le meilleur breuvage est le Gin Tonic au moment du coucher du soleil va à l’horizon…

Le voyageur urbain :

c’est un voyageur trop rare en Afrique et pourtant, les villes en Afrique ont des trésors, souvent cachés, mais bel et bien réel… Il recherche les villes africaines et leur chaos organisé. Il aime l’odeur des cuisines sur la rue mêlée à celle des pots d’échappement ; le bruit et les couleurs l’enivrent, les rencontres sont source d’extase… Il recherche des trésors et il les trouve s’il est malin et s’il travaille le sujet (ou fait confiance aux bonnes personnes). Il est gourmet, aventureux aussi du point de vue gustatif, curieux de tout, il s’émerveille devant le miracle qui jaillit de ces jungles urbaines. Comme le voyageur faune sauvage, il est capable d’attendre des heures  dans un bouchon pour un moment volé, de vérité, vivre l’énergie qui émerge… voir demain en train de se construire… Il choisira Lagos , Accra ou Johannesburg ; il tentera Nairobi ou Tana… il sera heureux, épuisé… mais heureux de l’être.

Le voyageur collectionneur et chauvin :

je terminerai avec le plus désagréable des voyageurs en Afrique… Ceux qui y vont « parce qu’ils sont allés partout ailleurs ». Ils collectionnent les pays comme d’autres les bouchons de bouteille et chaque voyage est un diplôme qu’ils s’auto décernent. La sensibilité est parfois faible, parfois l’Afrique choisie dévoile ses charmes. Mais souvent, ils y verront la confirmation de leurs préjugés plutôt que de choisir de bousculer les idées reçues… Ils auront « fait l’Afrique » comme d’autres ont « vécu en Afrique »… ce sont ceux qui voient l’Afrique comme un pays unique, à la diversité toute relative et dont la population se caractérise par une seule couleur. Ce voyageur existe… il voyage en groupe ou parfois en individuel. Sans faire de jeunisme, il est rarement jeune… il est rarement humble aussi… Il laissera échapper des paroles malheureuses à son agent de voyage et il ne s’en rendra même pas compte. Malgré tout, lui aussi, malgré lui, contribuera à la cause.

Alors, vous quel voyageur êtes-vous ? lequel d’entre eux avez-vous envie d’être ? La vérité est rarement dans les généralités mais elles sont drôles à établir quand elles sont respectueuses de l’autre et de sa différence. Nous avons tous le droit d’être simple, léger, épicurien, tant que cela se fait avec de l’élégance… Ce qu’il faut retenir de tout cela, c’est que les voyageurs en Afrique sont de plus en plus nombreux et qu’ils deviennent une manne que bien des pays essaient de charmer… Le continent africain est une mosaïque encore méconnue et l’avenir du voyageur s’y déroulera… Congo, Soudan et Sud Soudan, Tchad, Nigéria et on attend le retour du Niger, du Mali ou de la Libye…

Vivement demain…

Commentaire (1)

  • J’adore, merci pour ces minutes de lecture, c’est tellement vrai !

    Touvron
    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *