Le Kalahari sud africain, star du monde d’après?

Le Kalahari sud africain, star du monde d’après?

Le Kalahari est une vaste région d’Afrique Australe qui s’étend sur 3 pays: l’Afrique du Sud au Sud, la Namibie à l’Ouest et le Botswana à l’Ouest. Cette région a été rendue célèbre grâce à un film, “les dieux sont tombés sur la tête” et un peuple singulier qui y vit, les fameux bushmen. Il s’agit d’une région désertique à semi désertique. Quelques zones sauvages ou préservée y sont située: le Transfrontier Kgalagadi Park en Afrique du Sud que l’on parcours en self drive (avec sa voiture) comme on le ferait au parc Kruger ou la réserve du Kalahari Central au Botswana longtemps restée fermée pour permettre aux bushmen et à la faune d’y poursuivre sa vie sans perturbation extérieure. Cette région, bien que désertique, regorge d’une vie sauvage absolument extraordinaire. L’un des symboles de cette région est la concession privée de Tswalu qui abrite le lodge du même nom, Relais & Châteaux depuis prés de 20 ans. Un séjour dans cette région, quelque soit la formule choisie (et le prix) permet de découvrir une autre approche du safari et une faune singulière.

 

Cette région dispose d’un certain nombre de félins; des lions certes, mais en petit nombre, qui vivent difficilement dans cette région. Des éléphants aussi, mais rarement aussi, les éléphants préférant migrer d’Est en Ouest dans des zones plus humides. Les éléphants du désert, que l’on retrouve en Namibie, restent confinés aux zones septentrionales namibiennes. Mais de nombreux autres animaux y vivent en grand nombre: les guépards tout d’abord; les plaines arides ou le bush de petite taille construisent un écosystème favorisant ce coureur de sprint très performant. Les grandes antilopes aussi, telles que l’Elan du Cap, la plus grande d’entre elles, et bien sûr l’Oryx, cette sublime antilope du désert avec ses cornes droites;

 

Il existe aussi une grande variété d’oiseaux de toute sorte mais ce sont d’autres animaux plus petits que l’on retrouve; tels que le suricate, ce petit animal, amusant, à la vie sociale particulière et qui utilise la station debout pour voir loin et surveiller ses prédateurs. C’est aussi une région unique qui permet de voir le fameux pangolin, star malgré elle, de la crise actuelle du coronavirus. Cet animal préhistorique et magnifique, sublime et calme est très présent dans cette région, faite pour lui. Malgré le braconnage et le trafic dont il fait l’objet, le pangolin peut être rencontré assez facilement grâce à l’expérience de certains rangers.

 

Un safari à Tswalu, en dehors de la qualité hôtelière fournie, est singulier. La plus grande partie de la réserve est dénuée d’éléphants ou de lions; cela permet donc au visiteur de faire des safaris en 4X4 pour parcourir de grandes distances, mais aussi, une fois la cible en vue, de descendre du véhicule avec le ranger et d’approcher les différents animaux à pied, ce qui donne des sensations inouïes et inimaginables dans des zones où de grands carnivores ou de grands animaux sont présents. Il ne s’agit donc pas de la destination idéale pour un premier safari mais sans aucun doute, celle d’un second ou troisième safari, le safari en 4X4 et la distance qu’il impose devenant de plus en plus pénible.

 

 

Alors, pourquoi le Kalahari pourrait devenir la star du monde d’après ?

Comme la plupart des zones désertiques, les voyageurs vont rechercher la solitude, les grands espaces et sortir des sentiers battus, rompre avec un tourisme de masse; Ensuite, cette vaste région touristique est vaste, certes excentrée mais vaste et pouvant satisfaire toutes les bourses: les petits budgets iront dans les rest camp du Transfrontier sud africain ou les petits lodges du Kalahari namibien et les budgets importants qui iront dans les sublimes lodges du Kalahari Central Botswanais ou le fameux Tswalu dont je vous parlais. Ensuite, cette région est sûre, pas de population, pas de risque terroriste, rassurante et singulière, un désert sauvage accessible à tous. Seule contrainte, il est excentré; il faudrait conduire de longues heures ou voler jusqu’à Upington puis louer un 4X4 ou un SUV pour tailler la route. Bref, il s’agit d’un voyage au bout du monde, en tout sécurité et potentiellement accessible à tous.

Ainsi, le monde d’après qui pourrait permettre de réduire le tourisme de masse, redéfinir la nature du voyage, réhabilité le road trip au détriment du “fly in” et de son orgie aérienne, le Kalahari, quelle que soit sa région et son pays, pourrait devenir un must. Mais ne rêvons pas, ce qui en fait son attrait, c’est aussi qu’à aucun moment, cette région ne deviendra une région de tourisme de masse. Éloignée, à la saison favorable assez réduite (d’avril à octobre), jamais on ne pourra y voir des bus s’y perdre, ni même des vols à gros volumes… donc voici l’une des destinations sud africaines qui pourra être découverte, parcourue pour s’y perdre et s’y émerveillée…

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *