Covid – Les 5 bonnes nouvelles à retenir !

Covid – Les 5 bonnes nouvelles à retenir !

Depuis un an, les mauvaises nouvelles succèdent aux mauvaises nouvelles. Dans ce contexte, les annonceurs de mauvaises nouvelles se transforment en prophètes, les chaînes d’info s’en régalent jusqu’à l’indigestion et les spectateurs sombrent. Alors dans cet océan de mauvaises nouvelles ou de mauvais présage, voici 5 bonnes nouvelles. Attention ces bonnes nouvelles peuvent se retourner et devenir des mauvaises, mais l’espoir est de mise, indispensable, vital.

1- La situation s’améliore dans beaucoup de pays

Les médias et ceux qui parlent aiment souvent regarder là où les choses s’empirent. Vous noterez que quand elles s’améliorent, les regards se détournent. On regardait donc avec une certaine gourmandise, les britanniques se débattre dans une troisième vague terrible. On regardait cela en se disant « ca va nous arriver » et « c’est les anglais, ils sont pire que nous, ouf! ». Et puis, les courbes se sont infléchies, certes au prix d’un confinement dur, mais le pays prend le dessus. Au delà du Royaume Uni, la plupart des pays d’Europe sont en train de « redescendre ». Il reste l’Espagne et le Portugal, dont la politique sanitaire depuis le début de la crise était « particulière », qui sont dans une situation difficile. La France, elle, sur son plateau élevé, échappe à son 3ème confinement, pour la joie de tous, le désespoir des hurleurs qui ne rêvent, semble t’il, que d’une aggravation de la situation. Le fait est que le Covid baisse partout, y compris aux Etats Unis. les chiffres mondiaux baissent, c’est un fait, depuis le mois de janvier. Alors, oui, on n’est pas sorti de la crise et les menaces demeurent. Mais appuyons nous sur les faits. Ca fait pas de mal, ca fait même du bien, d’autant que ce sont de vraies informations. Pour suivre l’évolution des statistiques mondiales, je vous recommande de suivre Worldometer qui transmet quotidiennement les chiffres du Covid dans le monde.

2- Les grands méchants variants

Le mot « variant » est apparu depuis la fin 2020 et a peu à peu remplacé le mot « Covid » dans les craintes collectives. Le hasard du calendrier a voulu qu’il est apparu peu de temps après l’annonce de l’arrivée des vaccins. Ces variants « plus contagieux » voire même « plus létales » sont au cœur de toutes les craintes. Mais aujourd’hui, où en sommes nous? Les anglais, encore eux, arrivent peu à peu à la maîtrise de leur épidémie variante après 1 mois de confinement. Les sud africains eux aussi arrivent à épuiser le variant qui porte injustement leur nom en moins d’un mois. Les chiffres redescendent en flèche. Bref, les grands méchants variants, sans même attendre l’effet des vaccins, sont vaincus, certes à coup de confinement, mais pas toujours comme l’a prouvé l’Afrique du Sud. Il reste encore le terrible variant brésilien et il ne fait aucun doute que nous saurons en créer d’autres. Cela présage des peurs à venir. Cette longue crise laissera des traces et il est fort à parier qu’une fois sortis de tout cela, les médias sursauteront au moindre éternuement quelque part sur la planète. Il faut sans aucun doute être vigilant. il faut dire la vérité et parfois aussi ce que l’on ignore. Cela revient malheureusement, souvent, à imaginer le pire. Il faut espérer un peu de calme et de raison. Et ne pas crier avant d’avoir mal. Nous en souviendrons nous après ?

3- L’incroyable vaccin

Il est tout de même extraordinaire de vivre une époque où le monde découvre et diffuse en moins d’un an, de nombreux vaccins à ce nouveau virus. On trouve encore le moyen de se plaindre et s’inquiéter: diffusion trop lente, polémique, efficacité moindre face aux variants (encore eux). Mais ce succès scientifique combiné à un extraordinaire challenge logistique devraient avant tout nous inviter à nous réjouir. Les vaccins arrivent aussi en Afrique et si aujourd’hui le président Tanzanien refuse les vaccins et invite à s’en remettre à la médecine traditionnelle ou que l’Afrique du Sud a des réserves sur l’efficacité du vaccin Astra Zeneca, on voit que la mobilisation mondiale va aussi finir par arriver en Afrique où les vaccins commencent déjà à être diffusés. Mais ce n’est que le début. Même si le continent reste le moins touché du monde pour des raisons déjà exprimées ici, il ne faut pas sous estimer l’importance de vacciner en Afrique contre le Covid.

4- L’ARN messager, un espoir au delà du Covid

Cette nouvelle technologie a permis de sortir très vite les premiers vaccins et les plus efficaces aussi. Elle permettrait également de les faire évoluer rapidement si toutefois le Covid évoluait. Mais au delà du Covid, cette technologie ouvre d’extraordinaires perspectives, à peine imaginables encore aujourd’hui. Certains cancers, d’autres virus ou maladies pourraient bientôt être combattus et vaincus grâce à l’ARN messager. Voici la définition : L’ARN messager est une réplique d’une région d’ADN correspondant à un gène, qui sert de modèle à la synthèse d’une protéine. Il est constitué d’un enchainement de nucléotides qui détermine la séquence en acides aminés de la protéine, c’est-à-dire la composition et la structure de cette protéine. OK on n’est pas plus avancé. Quelques articles existent ici pour le Cancer. Pour en savoir plus, sur ses origines et le destin de cette découverte, je vous invite à découvrir cet article très complet dans Le Monde. Ce serait tout de même formidable que la plus énorme crise sanitaire de notre siècle ait servi d’accélérateur pour la plus grande découverte scientifique.

5- Le monde d’après sera extraordinaire

Ne rêvons pas, le monde d’après ne débutera pas quand les peurs auront disparu. Il y aura sans aucun doute une période de rattrapage. Les entreprises devront se refaire, revivre. Les salariés devront retravailler. Les voyages reprendront, les restaurants rouvriront, comme les théâtres et autres gourmandises. Nous allons tous nous jeter, selon nos moyens, sur ce qui nous a manqué. Humblement, en ce moment, je rêve d’un simple café en terrasse sous un soleil printanier… Le monde ne changera donc pas immédiatement. Il nous faudra quelques mois, quelques années sans doute, pour nous remettre de tout cela. Ce sera long. Mais, cette crise laissera des traces et ces traces seront, espérons le, positives. Le changement climatique, la pollution, la façon de consommer, l’eau, le développement durable, le consommer local, l’énergie seront au centre de nos préoccupations et seront accessibles au plus grand nombre. Ce ne sera pas forcément une période de renoncement à notre confort, mais plutôt une transformation de notre confort. Les progrès sont fous dans tous les domaines. Je revenais récemment sur les véhicules électriques utilisant des batteries de seconde vie, on voit l’essor des panneaux solaires, l’amélioration folle des capacités de stockage des batteries, les initiatives de toute sorte pour polluer moins et dépolluer… Le monde d’après construira sa croissance sur le changement de modèle, sur des innovations qui changeront notre vie et espérons le, le destin de notre planète.

Voilà, 5 bonnes nouvelles et à l’intérieur, vous pouvez même en creuser quelques autres. Le désespoir ne construit rien, l’illusion non plus. Mais on peut regarder le soleil qui se lève au loin plutôt que de se plaindre de l’orage qui se déverse sur nos têtes. Vivement demain.

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *